Protection et réstitution des zones de vie

 

           Si nous n’avons pas aujourd’hui les moyens de mesurer toutes les conséquences de la perte de la biodiversité, il est cependant possible d’agir concrètement, simplement et efficacement pour l’ensemble des communautés vivantes, en restituant des zones de vies aux différentes populations, rares ou communes, pour leur reproduction, leur alimentation et leur protection : ce sont les habitats naturels, qui sont à la base du patrimoine écologique d’un territoire.

           Les pouvoirs publics ont déjà apporté des réponses, à travers un cadre législatif et l’instauration de zones de protection réglementées. De nombreuses associations s’attachent à protéger des sites sensibles. Il est maintenant possible d’étendre ces actions à d’autres espaces, pour reconquérir la biodiversité, et pas seulement pour la défendre. Les grands espaces boisés ou agricoles peuvent abriter des pôles réservés à la biodiversité, reliés entre eux par des corridors, sans que cela soit un obstacle à l’activité économique, agricole ou forestière. Toute parcelle ne faisant pas l’objet d’une exploitation peut abriter des écosystèmes, et l’ensemble des acteurs est ainsi invité à oeuvrer pour la vie, propriétaires privés, publics ou entreprise. Il s’agit simplement de concilier les habitudes de vie des communautés humaines, végétales ou animales, en ayant une vision globale pour intégrer les différents paramètres de l’équation.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site